UN NOUVEL ARTICLE ? SOYEZ AVERTIS PAR MAIL !

vendredi 13 mai 2016

1ère Circo67 : Législative partielle sur fond de Loi Travail.


Cher Monsieur Elkouby, Chère Madame Noss,

     Le projet de loi « Travail » de la ministre Myriam El Khomri est une préoccupation majeure pour les Français-e-s depuis plusieurs semaines. Au regard de la mobilisation, avec un million de manifestants le 31 mars, des appels à la grève suivis par des centaines de milliers de salariés, une pétition #loitravailnonmerci qui a recueilli plus d’un million de signatures, et à présent le débat à l’Assemblée Nationale bloqué par Manuel Valls qui utilise l’arme anti-démocratique du 49.3, ce conflit social est évidemment un sujet essentiel de cette élection législative partielle.
     Alors que 7 Français-e-s sur 10 se disent opposés à ce projet de loi, il nous apparaît important d’interpeller les candidats les plus proches du gouvernement, afin de connaître leur position sur ce sujet. La politique menée dans notre pays fait subir de plein fouet l'austérité à des millions de salariés, privés de travail, étudiants, retraités, jeunes et moins jeunes. En 2012, les député-e-s ont été élus pour mettre en oeuvre un programme politique dans lequel il n’y avait aucune trace d’un allongement du temps de travail ou d’une facilitation des licenciements. Il n’a jamais été question de favoriser l’accord d’entreprise au détriment de l’accord de branche ou du code du travail. En disant cela, nous ne revenons même pas sur le plafonnement des indemnités prudhommales, la non-renégociation du TSCG, ou encore les 40 milliards d’euros sans contrepartie du CICE.
     Aujourd’hui, Monsieur et Madame les candidats, nous nous adressons à vous en tant que candidats communistes à cette élection mais surtout en tant que salariés ayant manifesté à plusieurs reprises contre cette loi. Comme tous les électeurs de gauche de la 1ère circonscription du Bas-Rhin, nous souhaitons de la clarté de votre part afin de connaître votre position concernant le projet de loi « Travail » et l’utilisation de la disposition 49-3 par Manuel Valls qui engage la responsabilité du gouvernement pour faire passer ce texte.
    Nous rendons ainsi cette lettre publique et espérons que votre réponse le sera également. Nous sommes disposés à vous rencontrer dans le cadre d’un débat ouvert sur cette loi et les questions liées au droit du travail, pour lequel nous avons de nombreuses propositions : semaine de 32h, hausse des salaires, code du travail du XXIème siècle comme le propose la CGT, sécurisation des parcours professionnels...

Nous vous prions d’agréer, Monsieur Elkouby, Madame Noss, nos salutations distinguées,

Julien Ratcliffe, Yasmina Chadli

* * * * *

Réponse d'Éric Elkoubi
     Je vous remercie d'avoir bien voulu me faire part de vos remarques et de vos attentes.
     Je suis bien entendu prêt à vous rencontrer pour un échange sur cet important dossier.
     Je vous invite donc à me contacter sur mon portable pour convenir d'un rendez-vous. Je suis joignable au …….
     Dans cette attente, je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes salutations les meilleures.
Eric Elkouby
* * * * *



Réponse de Julien Ratcliffe
Cher Monsieur,

     J'ai bien pris acte de votre réponse et de la proposition de rendez-vous ainsi formulée, et vous en remercie.

     Conformément au texte de la lettre ouverte que nous vous avons adressée, je précise que notre sollicitation porte sur l'organisation d'un débat ouvert, permettant d'apporter plus de clarté aux électeurs de la circonscription.


     Nous sommes bien entendu disponibles pour préparer avec vous cet événement public, et le cas échéant pour prendre en charge son organisation.

     Nous pourrons bien sûr avoir un échange téléphonique dans cette perspective. En effet, dans le contexte social et politique actuel, il nous semble essentiel au débat public et à l'expression du suffrage citoyen que chacun puisse connaître clairement votre position et la notre sur ce projet de loi et les questions liées au droit du travail.

     Bien cordialement,

Julien Ratcliffe

A suivre...


jeudi 5 mai 2016

Les dents longues du capitalisme.


Rapport cour des comptes/soins bucco-dentaires : « Grossières manœuvres » ?


         La publication dans le Figaro, de fuites du rapport provisoire de la Cour des comptes sur les soins bucco-dentaires, ne peut que nous interroger. Non dans le constat « accablant » de ce secteur laissé à l’abandon au profit des complémentaires depuis des décennies, mais dans ses conclusions.

        Alors que dans le dernier trimestre de l’année, vont s’engager les négociations conventionnelles dentaires, la Cour des comptes tente une manipulation démagogique de la population, celle qui ne cesse de se restreindre sur leurs soins bucco-dentaires insuffisamment ou non couverts par la Sécurité sociale, et celle qui, pour une large partie d’entre elle, y renonce faute de moyens.

    Ce n’est pas « la faillite des politiques publiques face aux professionnels », mais le résultat d’une politique délibérée des Gouvernements successifs, avec la complicité pendant des années d’une majorité de ces professionnels.

         En vérité, la Cour des comptes ne vise qu’à un seul objectif, dans la ligne droite du Pacte de responsabilité et des LFSS successifs : confier aux complémentaires de santé le remboursement de ces soins bucco-dentaires, et permettre grâce à l’ANI et l’amendement LE ROUX de développer un plus large réseau de soins, pour ceux qui en ont les moyens, et des centres « low-cost » pour les autres.

         Au delà du seul secteur dentaire, c’est l’institutionnalisation de la médecine à plusieurs vitesses, qui est imaginée, et dont la Cour des Comptes, juge qu’elle ne va pas assez vite. Le dentaire n’a jamais été que le cheval de Troie de la remise en cause de la Sécurité Sociale.

         Le PCF dénonce les grossières manœuvres, et lance un appel à toutes les organisations syndicales, politiques, associatives et aux citoyen-ne-s, pour que la sécurité sociale redevienne le seul outil pour satisfaire les besoins de santé et pour assurer la solidarité entre générations, entre malades et non malades. La sécu à 100%, c’est possible.


 Source Illustration : Urtikan